Robert Enrico - Le vieux fusil

Publié le par Raynald Boulay

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/mini/drame/le_vieux_fusil,0.jpg

J'ai revu il y a deux jours Le vieux fusil avec Philppe Noiret et Romy Schneider. Je l'avais vu déjà il y a une petite dizaine d'années, et il ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable. Tellement pas que je l'avais oublié. Il m'a fallu une demi-heure pour que le souvenir remonte à la surface.

 

L'autre souvenir qui est remonté, c'est celui que je garde de ma visite au mémorial d'Oradour-sur-Glane, village martyr dont ce film est inspiré.

 

Le film est vraiment magnifique. Magnifique et dur à la fois. L'interprétation de Noiret m'a vraiment impressionnée. Et le montage est très efficace. La lente progression conduisant de l'insouciance à la folie, en passant par l'engagement, la peur, l'horreur, et la haine, le tout ponctué de flashback, est d'une efficacité redoutable.

 

Je n'aime pas toujours les films historiques, parce qu'ils ne choisissent pas toujours entre la retranscription des faits et leur travestissement. Là bien-sûr, l'idée qu'un homme ordinaire peut venger un village massacré en anéantissant à lui tout seul une section SS n'est pas très historique. Et si les destins individuels pesaient autant sur la destiné du monde, depuis le temps ça se saurait. Je trouve toujours un peu dangereux de laisser croire que n'importe qui pouvait ainsi éliminer une dizaine d'allemands en quelques heures, avec un vieux fusil de chasse et de la chevrotine. Si c'était si simple, on se demande bien pourquoi l'occupation s'est déroulée comme elle l'a fait... Enfin, on aime bien avoir des héros, en général.

 

 

 

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article