Marie Ndiaye - Trois femmes puissantes

Publié le par Raynald Boulay

http://www.gallimard.fr/catalog/A-couvertures/01061550011.GIF Je n'ai guère l'habitude de lire les prix Goncourt. Si j'ai lu celui-ci, avec plus d'un an de retard sur les foules en délire, c'est parce qu'on me l'a prêté il y a quelques semaines. Quelqu'un qui, je crois n'en est pas venu à bout, mais qui connait mes gouts tordus.

 

Bon, moi je l'ai lu, en quelques jours, mais sans grande conviction. Ce roman (ces trois romans ?) m'ont laissé une étrange sensation. Difficile d'expliquer ce que j'ai ressenti. D'abord, j'avais espoir de lire un roman "africain", j'ai eu la preuve qu'il ne faut pas trop écouter les critiques. Finnallement, sur le fond les trois histoires ne m'ont pas vraiment passionnées. Quand au style, comment dire, au départ, j'ai trouvé sympa la manière d'écrire, mais au bout de quelques pages, j'ai été lassé, un peu.

 

Bref, ce livre m'a laissé un peu sur ma fin. C'est le premier de cet auteur que je lis, et je ne suis pas sûr que ce ne sera pas le dernier. Pour autant, je n'irai pas jusqu'à dire que c'est mauvais, faut aimer, c'est tout...

 

Et par ailleurs, ça n'enléve rien à tout le bien que je pense de l'auteure pour ses prises de positions sur nos gouvernants qui avaient fait couler beaucoup d'encre en leur temps.

Publié dans Lecture

Commenter cet article

Serge 17/02/2011 06:30



Cela me rappelle ces paroles de Franck Venaille :


 


« Je n’écris ni pour le plaisir ni pour passer le temps. J’attends de l’écriture qu’elle m’aide à être en paix. Mais je suis mon plus farouche, mon plus intransigeant lecteur. Je ne m’accorde
jamais une circonstance atténuante. Je sais que l’on est jugé à la fois sur ses livres mais également sur la manière dont on dirige sa vie. »

Franck Venaille – « C’est nous les Modernes » éditions Flammarion 2010


 


A bientôt Raynald