Hamé relaxé

Publié le par Raynald Boulay

Cinq procès, huit ans de procédure...

 

Depuis 2002, le ministre de l'Intérieur devenu depuis président de la République cherche des poux dans la tête du rappeur.

 

Sa faute : avoir écrit que "les rapports du ministère de l’Intérieur ne feront jamais état des centaines de nos frères abattus par les forces l’ordre sans que les assassins ne soient inquiétés".

 

Sa faute : en vérité, aucune.

 

Dans cette France où les libertés individuelles d'expression, de circulation, sont bafouées un peu plus chaque jour, comme pour ce facteur emmené au commissariat pour avoir conduit son vélo à une main, quelque part, c'est rassurant de voir que la cour de cassation relaxe Hamé.

 

Allez, un petit titre de la Rumeur pour la route. Et bon vent à eux.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article