Good bye, Lenin !

Publié le par Raynald Boulay

Un film génial ! Le titre, la musique (vous pouvez écouter en bas), un film drôle et triste, qui trace le parallèle entre l'absurde du soviétisme et la superficialité du capitalisme. Un film qui montre que les allemands de l'Est n'étaient pas que des moutons, y compris les membres du Parti. On voit aussi tout le caractère impérialiste de la réunification, qui est plus une annexion de la RDA par la RFA qu'une véritable fusion qui supposerait qu'on garda quelques trucs de l'ancienne RDA, et pas forcément tout de l'ancienne RFA.

Bref ce film, sans épargner le régime rétrograde d'Honecker, met quand même en relief le beau gâchis de cette réunification, qui a conduit les allemands de l'EST au chômage massif, à l'assistanat, et aux pires affres de la société de consommation (mal-bouffe, publicité, alcoolisme, individualisme, égoïsme).

Le contraste est poignant avec la RDA virtuelle qu'Alex invente pour sa mère mourante. Si celle-ci n'est pas dupe, elle le laisse faire l'air de rien, désabusée. Lui, veut y croire. Une RDA qui accueille les victimes du capitalisme sauvage, qui s'ouvre au monde, etc. Cette dimension onirique du film est fabuleuse. La RDA n'était pas seulement un Etat oppressif, elle laissait une place au rêve. Le rêve d'un monde meilleur. Si la capitalisme devait être la fin de l'Histoire, ce rêve serait mort. Et si rêver était la première des libertés ?




Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article