Bertrand Vergely - Petite philosophie de la connaissance

Publié le par Raynald Boulay

http://www.editionsmilan.com/imgDyn/Ouvrages/9782745923523/couverture/9782745923523-couverture_tailleNormale.jpg

  J'aime bien lire les petits ouvrages la collection Pause Philo chez Milan. J'en ai lu déjà plusieurs, et je garde un bon souvenir de ceux consacrés à la paternité, au rugby ou encore au bricolage. Des sujets qu'on ne s'attend pas forcement à voir abordés selon un point de vue philosophique. D'une manière générale, j'aime quand la philosophie conduit là où l'on ne l'attend pas.

 

La connaissance, comme thème philosophique, ce n'est pas vraiment inattendu. Mais, bon, je partais avec un bon a priori, et je me réjouissais d'avance de lire ce livre.

 

Et là, la cata. Comme quoi on ne peux pas toujours tomber juste. J'ai rarement lu un essai aussi radicalement éloigné de mon propre point de vue. La totale. Éloge de la métaphysique, du Mystère, de l'Homme, résurrection de Dieu (mort avec Nietzsche), mais pas un mot sur la théorie de la complexité, sauf à dénoncer l'ambition démesurée des savants qui voudraient tout connaître. Rien non plus sur l'épistémologie, sur les sciences humaines, etc...

 

Bref un bouquin obscurantiste, avec des raisonnements que j'ai trouvé assez médiocres, notamment la tendance à mélanger les sens commun d'un mot et le concept philosophique qui porte en porte le nom.

 

Je crois que pour faire passer la douleur, je vais sortir un petit Foucault de la réserve...

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article