Promenades d'automne

Publié le par Raynald Boulay

Les promenades dans la campagne voisine sont gourmandes à cette saison. Selon l'itinéraire choisi, nous pouvons déguster les dernières mures, le raisin pas encore vendangé, les premières noix, des pommes "sauvages".

Et encore, avec la poussette, on ne peut pas pousser jusque dans les bois, chercher les cèpes et les châtaignes.

Les veilles de chasse, on croise parfois le gibier fraichement laché, moins farouche que mon chien, qui nous surveille dans l'espoir qu'on laisse dernière nous une nouriture qu'il est incapable de se procurer lui-même. Avant la fin de la nuit, les renards auront fait un festin de faisans et de perdrix, ne laissant aux chasseurs que la portion congrue.

Cécile suit de prés l'évolution des épis de maïs. Il n'y a plus de tournesol désormais. L'herbe a reverdi avec les pluies récentes, contrastant avec les arbres dont la couleur à déjà tournée.

Il faut en profiter, parce qu'avec la mécanisation des vendanges, trois jours après le passage de la machine, les feuilles sont pour moitiée tombées et celles qui restent font grise  mine. Il n'y a que les rares parcelles vendangées à la main, pour la production de vin de pays, qui prennent de jolies couleurs, assorties à celles des bois.

Illustration : Couleurs d'automne, photo de Etolane, sous licence Creative Commons

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article