Réunion de rentrée

Publié le par Raynald Boulay

Ce soir avait lieu la réunion de rentrée de la Puce. Tout c'est bien passé. J'ai essayé d'entrée de jeu de faire abstraction du fait que j'étais dans une école, et de faire comme si les personnes qui nous recevez n'étaient ni instit ni directrice. Mais il a bien fallu se rendre à l'évidence. Enfin, elles n'avaient pas l'air de m'en vouloir d'être là, bien au contraire, alors je me suis détendu un peu.

Autour de nous, il y avait surtout des maman, mais je n'étais pas le seul papa. Il y avait aussi quelques enfants pour faire diversion. Je ne connais pas les camarades de ma fille, même pas leur prénom, à part deux, repérés le matin de la rentrée. Elle même ne nous parle nommément que de ces deux là, les autres sont des copains jenemesouvienspascommentilsappelle...

Le cadre est donné dès le début de la réunion, qui commence après le quart d'heure charentais, mais ne finira pas au Cognac-schwepps. On procède à un tour de salle de présentation : bonjour, je suis la maman d'un-tel et ainsi de suite. On existe que par son enfant, quand on est un couple de parents on ne compte que pour un, mais si on a un enfant au primaire on le dit...

La directrice nous présente l'instit, nouvelle arrivée, dont s'est la première rentrée. Elle est très contente de sa recrue, dont la jeunesse génère une décroissance certaine de la moyenne d'âge de l'équipe. Les oreilles des autres doivent siffler. Pour une débutante, elle s'en sort vraiment très bien. Elle semble à l'aise, pas impressionnée par la quinzaine de paires d'yeux inquisiteurs qui la scrutent. Elle reste quand même à l'abri derrière la modeste table qui lui sert de bureau. Elle reste assise, magistrale, et nous explique l'école maternelle, les programmes, sa classe, son emploi du temps, ses habitudes, les cahiers, les serviettes de table de la cantine, et tout un tas de trucs. C'est dense. Dés le départ on peut sentir l'effort produit pour parler doucement, détacher les mots, espacer les phrases. Le discours est organisé, progressif, tout est bien rangé. Pourtant il est difficile un vendredi soir de ne pas décrocher, de ne pas se perdre. Heureusement que les autres parents ne sont pas comme moi, et osent poser des questions. La réunion en est plus vivante. On respire un peu.

On termine par un temps d'échange dans la classe, on peut faire le tour, admirer les premiers travaux de son rejeton. Les paroles des comptines dont on a pu entendre les premiers mots récités sont enfin dévoilées. On peut lire la suite des aventures de ces petites mains qui sont contentes quand on les frotte frotte.

Une parole pour chacun. Et puis bonsoir.

La réunion n'aura pas été très trop longue. Notre enfant est chaque jour confiée aux mains expertes de professionnelles, qui sauront les faire travailler, tout en veillant sur elle à notre place.

Je n'étais pas vraiment inquiet, mais j'en serai sorti rassuré.

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article